Saison musicale 2010 – 2011

saison-2010-11
………………………………………………………………………………………………………………………………

simon-charbonnel

Vendredi 15 octobre 2010 – 20H

Eglise Saint-Fuscien de Grand Laviers

Simon Charbonnel commence à l’âge de 7 ans la guitare avec son père à l’école de musique de Tulle. Après son baccalauréat, il intègre la classe de guitare de Jean-Marc Roulet au CRR de Limoges, où il étudie également l’écriture, l’analyse, la direction orchestrale et la musique de chambre. En 2005, il obtient un prix de guitare mention très bien et un prix de musique de chambre mention très bien à l’unanimité avec félicitations du jury ainsi que la mention spéciale du jury. Il se perfectionne ensuite auprès de Tania Chagnot pendant deux ans au conservatoire de L’Haÿ-les-roses et obtient son prix de perfectionnement au CRR d’Orléans (classe de Gérard Abiton). Titulaire du D.E., il enseigne la guitare depuis l’automne 2009 au CRI de l’Abbevillois.
Membre d’un duo de guitares, le duo “azanca”, Simon Charbonnel se produit également en solo en France et à l’étranger.
Voyage musical en Europe et Amérique du Sud, à travers les époques, ce concert cheminera de la musique élisabéthaine des luthistes anglais à la musique contemporaine italienne en passant par le baroque allemand ou encore le tango argentin, un programme composé de pièces originales pour guitare aussi bien que de transcriptions.

………………………………………………………………………………………………………………………………

Vendredi 19 novembre 2010 – 20h

Chapelle du Carmel – Abbeville

Soirée poétique autour de Bernard Noël et Olvido García Valdés
Maitane Sebastian violoncelle

bernard-noel

Romancier, essayiste, critique d’art et surtout poète, Bernard Noël a reçu le prix national de la poésie en 1992. Bernard Noël réside dans un village du Laonnois, en Picardie, il est né en 1930 et cette année est celle de la célébration de son 80ème anniversaire. Son œuvre compte une impressionnante liste d’ouvrages et de très nombreux livres d’artistes. Malgré sa discrétion et sa modestie, Bernard Noël s’est forgé une très grande notoriété et est traduit dans le monde entier. Les éditions Cadastre8zéro publient cette année un texte intitulé ce jardin d’encre dans un ouvrage réalisé en correspondance avec le peintre François Rouan.
Olvido García Valdés est née en 1950 en Espagne où elle vit. Parmi ses livres de poésie, ella, los pájaros (“elle, les oiseaux”), caza nocturna (“chasse nocturne”), Del ojo al hueso (“De l’œil à l’os”). Son dernier recueil Y todos estábamos vivos (“Et nous étions tous vivants”) a reçu le Prix national de poésie en Espagne en 2007. Elle a traduit en espagnol Pasolini, Marina Tsvetaïeva et Anna Akhmatova. Les éditions Cadastre8zéro viennent de publier son texte Racines d’ombre en version bilingue français-espagnol.
Maitane Sebastian, habitée elle-même par l’écriture, se propose d’accompagner musicalement cette soirée.

Une collaboration de Cadastre8zéro, de la Bibliothèque municipale d’Abbeville et du CRI de l’Abbevillois.

………………………………………………………………………………………………………………………………

chopin

Vendredi 3 décembre 2010- De 18h30 à 22h

Chapelle du Carmel – Abbeville

Concert Chopin


18H30 – Marcos Loureiro de Sà chant
Anne-Lise Gillet piano
Nawal Oueld Kaddour piano
Béatrice Piertot clavecin
Maitane Sebastian violoncelle
19H45 – Jean-Baptiste Porquet piano
Evelyne Maillot violon
Marie-Luce Gillet violon
Mihaï Ghitta alto
Maitane Sebastian violoncelle
20H45  – Julien Le Pape piano

…………………………………………………………………

En cette année de célébration du 200ème anniversaire de la naissance de Frédéric Chopin, nous ne pouvions manquer de vous proposer un concert ou plutôt des concerts consacrés à son œuvre. Cette soirée vous fera découvrir ou redécouvrir des mélodies, la Sonate pour violoncelle et piano, quelques Préludes ainsi que des extraits du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach, dont la partition ne quittait jamais Chopin ; puis un des deux Concertos, dans une version pour quatuor, peut-être quintette à cordes et piano, interprété en soliste par Jean-Baptiste Porquet – il n’était pas rare qu’au 19ème siècle, les concertos soient joués dans les salons non pas avec orchestre, il n’y aurait pas eu la place pour cette formation, mais avec quatuor ou quintette à cordes – ; enfin des œuvres de la dernière période, la Barcarolle, la Polonaise-Fantaisie, les deux derniers Nocturnes et les dernières Mazurkas, des chefs-d’œuvre du compositeur, avec Julien Le Pape qui participa en février dernier à l’hommage rendu Salle Pleyel à Frédéric Chopin. Et probablement, d’autres œuvres, au gré des musiciens, en fin de soirée.

…………………………………………………………………

GEORGES-SAND

Maurice [le fils de Georges Sand] veut que Delacroix lui explique le mystère des reflets et Chopin écoute, les yeux arrondis par la surprise. […] Chopin est au piano. Il improvise comme au hasard. Il s’arrête. – Eh bien, eh bien, s’écrie Delacroix, ce n’est pas fini ! – Ce n’est pas commencé. Rien ne me vient…rien que des reflets, des ombres, des reliefs qui ne veulent pas se fixer. Je cherche la couleur, je ne trouve même pas le dessin. – Vous ne trouverez pas l’un sans l’autre, reprend Delacroix, et vous allez les trouver tous les deux. – Mais si je ne trouve que le clair de lune ? – Vous aurez trouvé le reflet d’un reflet, répond Maurice. L’idée plaît au divin artiste. Il reprend, sans avoir l’air de recommencer, tant son dessin est vague et comme incertain. Nos yeux se remplissent peu à peu de teintes douces qui correspondent aux suaves modulations saisies par le sens auditif. Et puis, la note bleue résonne et nous voilà dans l’azur de la nuit transparente. Des nuages légers prennent toutes les formes de la fantaisie ; ils remplissent le ciel ; ils viennent se presser autour de la lune et leur jettent de grands disques d’opale et réveillent la couleur endormie. Nous rêvons d’une nuit d’été ; nous attendons le rossignol. Un chant sublime s’élève.

Georges Sand

………………………………………………………………………………………………………………………………

Du mardi 18 janvier au dimanche 23 janvier 2011
Communes de la Communauté de communes de l’Abbevillois

Les 190 ans… de l’Ecole des Beaux-Arts et du Conservatoire de musique

Le vendredi 1er juillet 1921, le compositeur Albert Laurent proposait en l’Hôtel des Rames une audition musicale à l’occasion du centenaire de la fondation de l’Ecole Municipale de Dessin Artistique. Il aurait pu ajouter qu’il associait à cet anniversaire l’Ecole de musique qui, bien que fondée dès 1818, s’était vue reconnaître d’utilité publique le 2 juin 1821 par le Conseil Municipal d’alors.

Arts plastiques – musique (s) : qu’ont en commun ces arts communément considérés comme étant les uns des arts de l’espace, l’autre un art du temps. Une délimitation que, dès le début du 19ème siècle, les artistes cherchèrent à transgresser. Dès la rentrée de septembre, les équipes de l’école des beaux-arts et du conservatoire travailleront à jeter des passerelles, à chercher des convergences, des analogies, des affinités électives. C’est l’aboutissement de ce travail que vous pourrez découvrir tout au long de cette semaine.

Programme détaillé au cours de l’automne.

………………………………………………………………………………………………………………………………

Mardi 1er février 2011 – 20h

Chapelle du Carmel – Abbeville

Ana-Maria Bell-Deveselu violon
Dorel Fodoreanu violoncelle
Roberto de Brasov accordéon

gitane

Rompue à tous les styles musicaux, violoniste aux multiples facettes, Ana-Maria Bell-Deveselu, qui fit ses études à Bucarest, Paris et Amsterdam où elle accomplit un cycle de perfectionnement, présente un concert original et festif mettant en regard musique traditionnelle et musique savante d’Europe centrale. Elle sera en compagnie du violoncelliste Dorel Fodoreanu, un élève de l’illustre pédagogue Georges Iarosevici à l’Académie Supérieure de musique de Bucarest, et le fondateur du Quatuor Enesco. Un talentueux interprète de musique traditionnelle, Roberto de Brasov, accordéoniste reconnu dans l’univers de la musique du monde, complétera cette affiche.

Le programme propose la découverte d’un courant important du 20ème siècle, le folklorisme, représenté par des compositeurs majeurs, tels Béla Bartók ou Zoltán Kodály qui puisent dans les traditions populaires les bases d’un nouveau langage musical, ou Erwin Schulhoff qui porta, au cours des années vingt, une attention particulière au folklore notamment morave et à la musique tzigane hongroise. Mais vous pourrez aussi entendre de la musique traditionnelle : csardas, verbunkos, airs et mélodies de Transylvanie et des Maramureş, une musique des fêtes et des coutumes populaires, musique enjouée et expressive par excellence.

………………………………………………………………………………………………………………………………

florilegium

Mardi 8 mars 2011 – 20h

Chapelle du Carmel – Abbeville
Florilegium

Ashley Solomon direction et flûte
Rodolfo Richter violon
Jennifer Morsches violoncelle
James Johnstone clavecin

Depuis sa création en 1991 par le flûtiste Ashley Solomon, Florilegium est l’un des ensembles de musique baroque les plus passionnants d’Europe. Doté d’un caractère très individuel, façonné par ses membres, Florilegium impressionne par la virtuosité, le goût de chacun des instrumentistes pour les couleurs, la réponse imaginative des uns et des autres et à chaque phrase, la spontanéité. Invité de tous les grands festivals et salles de concert prestigieuses, Florilegium a parcouru le monde. Tous connaissent l’exceptionnelle personnalité musicale de cet ensemble qui a déjà à son actif plus de 20 enregistrements largement récompensés sur la scène internationale de prix de haut niveau. Les trois CD consacrés au répertoire musical des petites communautés jésuites installées en Bolivie et enregistrés, pour les deux premiers, au milieu de la jungle dans l’église des missions de Concepción fondée en 1707, ont provoqué l’enthousiasme de la critique. Florilegium est associé depuis septembre 2008 au Royal College of Music de Londres, Ashley Solomon étant directeur du département de musique ancienne.

Au programme : Couperin – Haendel – Purcell – Vivaldi
Jean-Sébastien Bach – Marais – Telemann – Rebel

………………………………………………………………………………………………………………………………

procureurVendredi 8 avril 2011 – 20h

Chapelle du Carmel – Abbeville

Thérèse-Marie Gilissen alto
Ingrid Procureur harpe

La grande altiste Thérèse-Marie Gilissen, professeur au Conservatoire Royal de Bruxelles, que nous avions pu entendre voici deux ans dans un répertoire pour alto et piano, revient cette fois en compagnie de la harpiste Ingrid Procureur.

Lauréate des Conservatoires Royaux de Musique de Bruxelles et de Mons, Premier Prix de harpe du CNSM de Paris, Ingrid Procureur mène une carrière de soliste internationale. Si elle explore le répertoire classique de la harpe, elle aime aussi à se produire dans des formations insolites (harpe, cornemuse et musette), à allier voix chantée et harpe – depuis 2009 elle joint la voix de Dominique Corbiau (contre-ténor) aux sonorités envoûtantes de son quatuor de harpes -, à associer texte et musique (travail avec la récitante Evelyne Legrand). Elle a créé un trio unique au monde, le Trio Imaginaire, qui réunit harpe, vibraphone et contrebasse.

Au programme : Marin Marais, Schubert, Fauré, Britten…

Samedi 9 avril 2011 : cours d’interprétation de Thérèse-Marie Gilissen et d’Ingrid Procureur à la Chapelle du Carmel d’Abbeville. Renseignements au 03 22 24 41 28.

………………………………………………………………………………………………………………………………

Vendredi 20 mai 2011 – 20h

Eglise Saint-Fuscien de Grand Laviers

Nawal Oueld Kaddour piano
Schumann – Debussy

nawal

Les Kreisleriana op. 16 sont un des sommets de l’oeuvre pianistique de Schumann. Composées en quelques jours en 1838, ces pièces écrites dans la pensée à Clara furent dédiées à Frédéric Chopin qui lut avec effarement la partition reçue ; car Schumann y fait coexister en l’espace le plus restreint des humeurs violemment opposées et contradictoires. Ruptures abruptes, interruptions ou irruptions, décalages rythmiques, temporalité jamais stabilisée caractérisent la forme. Pourtant, si l’exaltation orageuse et sombre est frappante, comme l’angoisse, l’attente, la résignation ou le vertige, on ne peut méconnaître les moments d’apaisement, de tendresse, de douceur, d’intériorité.

Forts différents des “saisissants raccourcis d’états d’âme” que sont les Préludes de Chopin, les Préludes de Debussy, composés entre 1909 et 1912, sont des “visions évasives”, des “impressions fugitives et sensorielles”. Ils sont peuplés d’êtres irréels, de personnages comiques traités avec un humour mordant, ils évoquent la “pourriture douce” des feuilles mortes ou la non-matérialité du brouillard, s’évadent vers une Espagne “aux brusques oppositions d’extrême violence et de passionnée douceur”, un Orient rêvé ou un passé énigmatique. Chaque prélude porte un titre, placé en fin de morceau et précédé de points de suspension.

………………………………………………………………………………………………………………………………

doneux

Vendredi 27 mai 2011 – 20H

Eglise Saint-Martin de Bellancourt

Nawal Oueld Kaddour
Beethoven – Gilles Doneux

Le Concerto en sol Majeur op. 58 fut composé au même moment que la 5ème Symphonie et l’opéra Léonore qui deviendra Fidelio. Ces trois œuvres présentent d’ailleurs des analogies ; le 1er mouvement du Concerto semble né d’esquisses pour le 1er mouvement de la 5ème Symphonie alors que l’introduction au ‘Chœur des prisonniers’ dans Léonore semble issue des travaux préparatoires pour le Concerto en sol. Achevé dès 1806, le Concerto fut créé par Beethoven lui-même et considéré par la critique comme l’œuvre “la plus merveilleuse, la plus originale, la plus artistique et la plus difficile de toutes celles qu’il [avait] écrites”. Le 2ème mouvement en particulier, l’adagio, fut qualifié de “mouvement magistral, admirablement chantant d’un bout à l’autre”.

Sans se réclamer de l’esthétique spectrale, Gilles Doneux a toujours eu une fascination pour les phénomènes sonores et la vie interne des sons. Aidé en cela par l’informatique, il tente de créer un rapport acoustique entre chacune des notes de musique mais également entre chacun des gestes musicaux. Le piano, avec sa très grande tessiture, offre un immense champ de couleurs harmoniques. Gilles Doneux tente de les utiliser dans une relation logique et dynamique permettant de créer des métaphores musicales de phénomènes sociaux chers au compositeur. Titulaire d’un master de composition, Gilles Doneux a été lauréat des Rencontres internationales de composition de Cergy-Pontoise et a obtenu en 2010 le 1er Prix à l’unanimité du Concours international Henry Pousseur.

………………………………………………………………………………………………………………………………

Et aussi…

Vous pourrez entendre les enseignants et élèves du CRI
Le dimanche 26 septembre 2010 à 17h. en l’église de Toeufles
Alexandra Luiceanu harpe et Béatrice Piertot Merlin clavecin
Concert organisé par l’association À la croisée des chemins.

Le vendredi 1er octobre à 20h30 en l’église Saint-Martin de Drucat
dans le cadre de l’Hommage rendu par la commune de Drucat Le Plessiel à l’un de ses fils, le compositeur Jean-François Le Sueur, né le 15 février 1760
Béatrice Piertot Merlin harmonium, l’orchestre symphonique du CRI sous la direction de Maitane Sebastian et le Chœur Albert Laurent sous la direction de Ian Ward
Organisé également par la commune de Drucat Le Plessiel, le dimanche 3 octobre à 17H à l’église Saint-Sépulcre d’Abbeville, concert de l’Orchestre de Picardie

Un certain nombre de concerts d’élèves et auditions de classe ont lieu durant l’année scolaire dans les différentes communes de l’Abbevillois. Pour tout renseignement, adressez-vous au secrétariat du Conservatoire à rayonnement intercommunal de l’Abbevillois, 23 rue Lesueur, 80100 Abbeville. Tel : 03 22 24 41 28

Courriel : cri-abbevillois@orange.fr

Print Friendly, PDF & Email