Qu’est-ce que… la harpe ?

……………………………………………………………………………………………………………………….

Qui ne s’est jamais retrouvé impressionné devant une harpe, sa multitude de cordes, et sa forme imposante ?

La harpe émerveille et fait écho aux images célestes des livres d’enfants, à ces histoires de châteaux et de princesses, à ces mythes antiques, Apollon et sa lyre, le Roi David et sa harpe, ou encore à la jolie Duchesse et son célèbre air de harpe dans les « Aristochats » de Walt Disney.

 

Regardez bien une harpe, et voyez comme sa forme ressemble à… un cœur. Un instrument que l’on doit prendre dans ses bras ne peut qu’avoir cette générosité d’âme reconnaissable à ce son si particulier, profond et insaisissable, rassurant et limpide. Ses notes peuvent être à la fois douces et perlées, résonnantes et pleines, ou même parfois violentes et acérées  Sa palette sonore surprenante revêt plusieurs visages et une multitude de caractères, mais surtout, sa facture étrange et ses mécanismes mystérieux soulèvent bien des interrogations !

 Venez vous asseoir, laissez-vous bercer par le son enchanteur de ma harpe, et laissez-moi vous la présenter…

……………………………………………………………………………………………………………………….

A la découverte de la harpe

La harpe est un instrument polyphonique, de la famille des cordes pincées.

En effet, le son dépend directement du pincement des cordes par les doigts. Facile, non ?

On utilise tous les doigts de chaque main… sauf l’auriculaire !

A la façon du piano, il suffit de tirer sur la corde pour jouer une note. Pour pouvoir se repérer, les FA sont colorés en bleu, et les DO en rouge. Il est donc très facile, dès les premiers cours, de pouvoir jouer un petit morceau. Les choses se compliquent avec le temps bien sûr, mais ne parlons pas des choses qui fâchent !

L’enseignement actuel utilise, lors des premières années d’apprentissage, la harpe dite « celtique » à 34 cordes: en effet, sa petite taille, le mécanisme manuel des crochets (plus facile à intégrer pour l’enfant, que les pédales), et son prix abordable, en font un instrument facile d’accès.

Il existe même des « harpes troubadours » pour les tout-petits : de petite taille, elles sont parfaitement adaptées aux plus jeunes !

Le passage à la « grande harpe » à pédales de 47 cordes se fait généralement vers l’âge de 10 ans, lorsque l’élève est assez grand pour pouvoir supporter le poids d’un tel instrument. On dirige toutefois dans certains cas l’élève vers une grande harpe intermédiaire de seulement 44 cordes, légèrement plus petite et plus légère que la harpe définitive.

Mais il faut préciser que les adultes peuvent jouer de la harpe celtique sans problème, autant que de la harpe troubadour ! Le choix définitif de l’instrument se fait en fonction des goûts de chacun. Chacune de ces harpes a un son bien particulier, et amène vers différents répertoires, mais elles se travaillent toutes de la même façon: la position des mains, et la manière de jouer les doigts sont identiques.

 

L’utilisation des deux mains, soit l’utilisation polyphonique de l’instrument ouvre au harpiste un large choix d’utilisation : la harpe peut ainsi être jouée en qualité d’instrument soliste, en instrument accompagnateur, au sein d’un groupe de musique de chambre, ou en formation orchestrale.

Mais attention… il serait dommage de n’attribuer à la harpe que ses vertus douces et enchanteresses ! Sa large tessiture lui permet de jouer absolument de tout ! La harpe peut se faire jazzy, pop, voire même… électrique ! De la même façon que pour les guitares électriques, il existe maintenant des harpes électriques et électro-acoustiques équipées de micros et d’amplificateur !

Surprenant, non ?

La harpe vous réserve encore bien d’autres surprises… Avec un peu de travail et d’envie, tout (oui, absolument tout) est possible !

……………………………………………………………………………………………………………………….

Un peu d’histoire

Mais pour mieux comprendre ce qu’est une harpe, il est intéressant de retourner en arrière et de regarder son histoire…

 

L’histoire de la harpe a connu de grandes évolutions significatives : de simple « arc musical » pendant l’Antiquité, elle a vu au fil des siècles son nombre de cordes augmenter, et sa facture se modifier.

Elle est sans doute le plus ancien des instruments à cordes. On trouve sa trace dans chaque berceau des civilisations, de la Mésopotamie à l’Egypte, en passant par l’Inde ou la Chine. Mais ces harpes n’ont rien à voir avec celles que nous connaissons aujourd’hui ! Elles n’ont que très peu de cordes, huit tout au plus !

Au fil des siècles, la taille de la harpe augmente, le nombre de cordes aussi, et elle gagne l’Europe par l’Irlande pour devenir l’alliée des ménestrels et autres bardes qui parcourent les villes et les cours des châteaux en accompagnant leurs chants du doux son de ces harpes.

En 1660 est inventé le mécanisme de crochets : actionné par la main du harpiste, le crochet pousse la corde, la raccourcit, et l’élève d’un demi-ton, ce qui lui permet de nouvelles possibilités de tonalités. Ce type de harpe est l’ancêtre de nos « harpes celtiques ».

En 1720, on imagine un mécanisme de pédales reliées aux crochets afin de pouvoir les actionner manuellement avec les pieds tout en pouvant continuer à jouer.

Ces pédales actionnaient simultanément toutes les notes du même nom par le simple enclenchement de la pédale associée : on l’appellera harpe à « simple mouvement ».

Ce système ingénieux permet à la harpe d’accéder aux faveurs de la haute société.

Son son raffiné autant que sa lutherie fait de la harpe l’instrument de prédilection de Marie-Antoinette et de sa cour. Instrument à la mode, les compositeurs s’y intéressent de plus en plus, et même Mozart finit par lui écrire un Concerto !

 

En 1794, Sébastien Erard perfectionne ce système encore défectueux, et remplace les crochets par des fourchettes, et en ajoute une nouvelle rangée afin de permettre à la corde d’être raccourcie d’un second demi-ton, réajustant ainsi la forme de l’instrument même, et rendant l’instrument plus ludique: la harpe peut ainsi être jouée dans tous les tons, devient beaucoup plus harmonieuse dans la forme et puissante dans la sonorité. La harpe de concert est née et elle gardera cette forme définitive.

Elle suscite un nouvel engouement qui trouve les faveurs des grands compositeurs romantiques tels que Berlioz, Wagner, ou encore Tchaïkovski qui lui confient des parties importantes dans les orchestres symphoniques. La harpe vit un âge d’or entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle : les virtuoses entreprennent des tournées mondiales, créent des émeutes, deviennent aussi célèbres que les pianistes ou violonistes de renom. Debussy et Ravel colorent leurs partitions de son timbre pastel, et les harpes sont désormais exportées jusqu’aux Etats-Unis.

 

 

La harpe a su évoluer au fil de l’histoire, et s’est adaptée aux différents courants musicaux grâce à une évolution considérable de sa facture à travers les siècles.

Maintenant qu’elle n’a plus de secret pour vous… il ne vous reste plus qu’à venir l’essayer !

Elle en sera ravie.

Retour liste
instruments

Print Friendly